Édito

Édition 2020

1770-2020 : Beethoven a 250 ans !

Nous nous réjouissons de dédier l'édition 2020 des Musicales de Colmar au génie beethovénien, source toujours renouvelée de joie et d'émerveillement, de découverte, de réflexion, d'interrogation et d'expression de toute la palette des émotions, tant il serait difficile de trouver ce que la musique de Beethoven n'exprime pas.

Celui qui disait « ne pas connaitre d'autre marques de supériorité que la bonté » n'a pas pris une ride depuis 250 ans. Il parle à tous les peuples de toutes les époques, partageant sa conviction que « la musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie »

De Beethoven, on voudrait tout entendre mais dix festivals n'y suffiraient pas. Aussi sommes-nous employés à dessiner un parcours qui permette à notre public d'entendre les chefs-d'oeuvre du jeune Beethoven autant que ceux de la pleine maturité ou de la dernière manière, réunissant la Lettre à Elise et les derniers Quatuors, la Sonate au Clair de Lune et l'Opus 111, la 2ème Symphonie et le Trio « à l'Archiduc », le Quintette pour piano et instruments à vent et la Sonate à Kreutzer...

Les meilleurs artistes se réunissent à Colmar pour jouer Symphonie, Concerto, Septuor, Quintette, Quatuor, Trio, Sonate pour violon, pour violoncelle ou pour cor, Sonate pour piano seul, chanter ses Lieder sur des poésies de Goethe ou ses Lieder écossais.

Beethoven disait qu'un artiste se devait de connaitre toutes les grandes créations artistiques qui l'avaient précédé. Vaste programme ! Nous tentons au moins d'illustrer cette injonction salutaire en entourant Beethoven de Bach, Haydn, Mozart et Méhul, l'un des hérauts de la musique révolutionnaire française. Et nous poursuivons avec quelques-uns des grands héritiers de Beethoven : Schubert, Brahms, Mahler, Berg et la création du Quintette pour cordes de l'un des plus grands compositeurs allemands d'aujourd'hui : le génial Enno Poppe.

L'Eglise Saint Matthieu, le Théâtre Municipal, le Musée Unterlinden, la Salle Europe, le Domaine viticole Cattin et l'Eglise d'Horbourg-Wihr servent d'écrin à toutes ces musiques, répondant aux besoins architecturaux et acoustiques propres à chaque univers musical. Nous réalisons cette année un souhait ancien : clôturer le festival outre-Rhin, à Breisach, autre hommage au Beethoven artisan de paix et chantre de la fraternité.  

Marc Coppey

Directeur artistique

Michel Spitz

Président des Musicales